Tout sur l’acier

L’acier et le fer : la différence

Bien souvent, l’acier et fer portent à confusion, surtout chez les non initiés. Cependant, de leur composition chimique, il est évidement que ces deux métaux ferreux ne se ressemblent pas. Si le fer est produit à partir de minerai de fer, une matière naturelle présente dans la croute terrestre, l’acier, de son côté, est la combustion du fer avec un faible teneur en carbone. Dans tous les cas, le fer constitue la majeure partie de l’acier.

Grâce à sa faible teneur en carbone, l’acier est beaucoup plus maniable que le fer seul. Il se plie alors aux différents projets et réalisations dans des domaines variés. Se démarquant par sa haute résistance à la corrosion, l’acier est certainement l’une des matières de base les plus choisies en guise d’armature. Aussi très apprécié pour son usinabilité, ce n’est pas par hasard si l’acier au carbone connaît actuellement un grand succès.

De quoi est constitué l’acier ?

L’acier est le mariage entre le fer et une petite teneur en carbone. Le taux de carbone rajouté peut varier en fonction de la nuance d’acier attendue. Tout en sachant que le carbone apporte plus de malléabilité à l’acier.

Mais en plus du carbone, d’autres éléments d’addition sont aussi possibles. Et chaque élément d’alliage qui entre dans la composition de l’acier brut pourra apporter d’autres caractéristiques mécaniques à ce métal.

Parmi les éléments d’additions les plus utilisés couramment, on peut retrouver :

  • Le manganèse (Mn)
  • Le chrome (Cr)
  • Le nickel (Ni)
  • Le molybdène (Mo)

Dans sa composition chimique, on peut également diviser l’acier en 3 types bien distincts :

  • Les impuretés : ce sont notamment les résidus qui sortent de l’acier au moment de son traitement thermique dans le haut fourneau. On pourra citer comme impuretés : le soufre (S), le phosphore (P), le plomb (Pb), l’étain (Sn), etc. Elles seront généralement à enlever une fois que l’on a obtenu l’acier brut.
  • Les éléments d’additions : ce sont des éléments rajoutés intentionnellement dans le mélange pour optimiser les propriétés du matériau, pour se conformer aux résultats voulus. Ce peut être pour une bonne résistance, pour plus d’élasticité, ou encore pour une question d’épaisseurs.
  • Les éléments d’accompagnement : Dans le but de prévoir diverses réactions physico-chimiques utiles pour la fabrication d’acier dans un domaine précis, il faudra y rajouter ce qu’on appelle « éléments d’accompagnement ». Ce sont généralement : le silicium, le calcium et l’aluminium.

Les différents secteurs d’utilisation de l’acier

Les domaines d’applications de l’acier sont très larges. On peut retrouver ce métal facilement dans la vie de tous les jours, et l’on ne peut citer les différents produits qui en sont issus. Des petits objets aux plus grandes infrastructures, l’usage de l’acier est très courant !

  • Dans le secteur du bâtiment et des travaux publics : les tubes en acier sont très utilisés pour les armatures de béton, pour les renforcements des fondations, etc.
  • Dans le secteur de la santé : on utilise surtout l’acier inoxydable pour la fabrication de divers équipements chirurgicaux et autres.
  • Dans le secteur de l’automobile : l’acier est très présent pour la conception des carrosseries de voiture, mais aussi pour la réalisation des diverses pièces.
  • Dans la vie de tous les jours : On peut retrouver l’acier partout, dans nos cuisines, sur nos tables, dans le bureau, dans la chambre, etc. Il est presque difficile de se passer de ce matériau. Les tubes ronds en acier sont par exemple utilisés pour la canalisation afin de garantir une évacuation d’eau fiable et résistante.