L’histoire de l’acier

L’acier est une matière première qui ne date pas d’hier. Il a déjà été utilisé depuis des siècles, et en a fait profiter de nombreuses générations de ses bénéfices. Certes, avec des débuts plutôt modestes, ce type de matériau connaît actuellement un véritable succès.

D’où vient l’acier ?

Au tout début, le fer est présent en très grande quantité dans la croute terrestre. Il figure d’ailleurs parmi les métaux les plus abondants du monde. On peut le retrouver partout sur la planète, et sans difficulté, sous forme de minerai. Cette matière a commencé à être exploitée en Europe au cours du Moyen Age, vers 1 700 ans après J.C. La fabrication de l’acier passait par le chauffage de couches alternées de minerai de fer et du bois pour en obtenir une sorte de pâte de métaux. Il est temps maintenant de passer au martelage à chaud afin d’enlever tous les résidus, et c’est ainsi qu’on obtiendra du fer brut que l’on pourra forger. Pour la forge, on utilisait ce qu’on appelle « Bas-fourneau », une sorte de trou en forme de cône formée dans le sol.

Il fallait attendre le XVème siècle pour découvrir la fonte. Il s’agit là de « Hauts fourneaux » de 4 à 6 mètres de hauteur capables de transformer le métal ferreux à l’état liquide. Il est devenu alors possible de créer différentes sortes d’objets et d’ustensiles avec le fer. Car travailler le fer sous différents formats était à cet effet une tâche simple.

Mais la révolution ne s’arrête pas là, vers l’an 1786, des savants français ont découvert l’acier, mélange de fer et de carbone. En effet, en rajoutant une petite teneur en carbone au fer, les caractéristiques mécaniques de celui-ci s’en trouvent optimisées. Et c’est à partir de là que la production de l’acier s’étend jusqu’à un niveau mondial.

Les différents types d’acier

Etant un alliage de fer et de carbone, la dose de carbone rajoutée peut influer de façon significative sur la particularité du métal. Généralement, cette dose environne les 0 à 2%. Les aciers faiblement alliés ne ressembleront pas aux aciers avec une forte teneur en carbone. Vous pouvez distinguer leur différente au niveau de la souplesse, de la robustesse ou encore de la résistance à la corrosion.  Mais il est tout autant possible d’influer sur ces caractéristiques mécaniques en y rajoutant d’autres éléments d’addition. D’où la naissance de différents types d’aciers.

On peut actuellement retrouver différents types d’acier :

  • L’acier inoxydable : Pour obtenir de l’acier inoxydable, il faudra un élément d’alliage composé de 17 % de Chrome et 8 % de Nickel. Il est tout autant possible de rajouter de l’aluminium au mélange avec ses caractéristiques mécaniques anti-corrosions. L’acier inoxydable est aujourd’hui l’un des types d’acier les plus utilisés dans de nombreux domaines : la construction, la rénovation, la décoration, l’outillage divers, etc. Très apprécié par leurs qualités anti oxydations, les tubes en acier inoxydables sont très polyvalents et faciles à travailler. Et plus encore ! Ils ne demandent pas d’entretien.
  • L’acier en carbone : on peut aujourd’hui retrouver très facilement des tubes d’aciers, ou pied en métal fait à base d’acier en carbone. Avec des propriétés améliorées, les compositions chimiques de ce type d’acier peuvent facilement répondre à vos exigences en résistance, en soudabilité, et en usinabilité pour votre construction métallique.
  • Les aciers galvanisés : Un autre type d’acier très populaire, l’acier galvanisé est un acier de construction disponible sous différentes formes : barres d’acier, profilés, tubes d’acier, tôles, etc. Ce type d’acier est composé majoritairement de fer et de carbone et sera recouvert de zinc pour en assurer la résistance mécanique.